Un véritable progrès diagnostic

Souriez, vous êtes filmés… de l’intérieur !

 

Explorer l’intérieur du tube digestif pourrait rapidement devenir aussi simple que de prendre une gélule. En effet, une firme israélienne a déjà inventé une caméra… à ingérer. Ce dispositif pourrait remplacer certains examens endoscopiques classiques. Déjà d’autres équipes envisagent même un mini-robot télécommandé. Dur à avaler ?

 

 

Saignements digestifs, dépistage de polypes, pour toutes les pathologies de l’intestin la méthode d’exploration la plus efficace est, sans aucun doute, de regarder ce qui se passe à l’intérieur du tube digestif, par endoscopie. Mais demain, une nouvelle technique pourrait compléter voire concurrencer ces explorations indigestes.

 

Un véritable progrès diagnosticImage

 

L’endoscopie consiste à introduire par la bouche ou par l’anus, un long tube muni de fibres optiques, permettant de filmer l’intérieur du conduit digestif, de réaliser des prélèvements, voire d’enlever des polypes ou de colmater un vaisseau endommagé.

 

Mais l’endoscopie a quelques inconvénients majeurs :

 

  • Sans anesthésie, elle est parfois désagréable, et source d’appréhension par les patients ;
  • Du fait de la longueur de l’appareil digestif, certaines zones sont difficiles ou impossibles à explorer.

 

« Ainsi, on a longtemps considéré l’intestin grêle comme une véritable « boîte noire ». Du fait de sa longueur de 3 à 9 mètres, les procédures classiques telles que l’entéroscopie ne permettent pas d’explorer plus d’un mètre de sa partie proximale – le jéjunum – et 70 cm de sa partie distale – l’iléon » nous précise le professeur Gérard Gay du CHU de Nancy, vice-président de la société française d’endoscopie digestive.

 

« L’intestin grêle n’est plus la dernière frontière ! »

 

En l’an 2000, des chercheurs israéliens de la société Given Imaging ont présenté une « gélule-caméra ». Certes de bonne taille (un centimètre sur trois), mais beaucoup plus facile à avaler que le corps d’un endoscope1, le dispositif baptisé M2A serait l’avenir des explorations endoscopiques.

 

La gélule contient une minuscule caméra vidéo et une source lumineuse, indispensable pour éclairer l’intérieur du tube digestif. Une fois avalée, elle progresse naturellement à l’intérieur du corps, propulsée par les contractions habituelles de la muqueuse digestive et la gravité. La caméra permet d’enregistrer des images vidéos, transmises par télémétrie à un enregistreur externe que le patient porte à la ceinture. La personne peut continuer à vaquer à ses occupations, notamment travailler, tandis que la gélule explore son tube digestif. La capsule est éliminée dans un délai de 24 heures avec les selles.

 

« Cette capsule est un véritable progrès en matière de diagnostic des maladies de l’intestin grêle. Au terme de l’exploration, huit heures d’images sont stockées et doivent être analysées. Un tel volume d’informations nécessite une analyse d’une heure et demi à trois heures », précise le Pr. Gay.

 

Sécurité et indications

L’utilisation de ce procédé a été validée lors de différentes expériences animales2. Le risque lié aux batteries (oxyde d’argent) peut être considéré comme mineur. « De plus, les cas d’ingestion accidentelle de telles batteries dans des services pédiatriques n’ont pas causé de conséquences très facheuses3. Le seul risque est un blocage en cas de sténose digestive que le praticien aura le soin d’éliminer », nous précise le Pr. Gay

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s